agroalimentaire picardie

2 ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES S'IMPLANTENT EN PICARDIE !


« Retour

2 ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES S'IMPLANTENT EN PICARDIE !

2 ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES ...

2 ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES ...

2 ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES ...




DEUX ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES S'IMPLANTENT EN PICARDIE !

 

 

 

Dans le cadre des 10 ans de l’association Agro-Sphères, le réseau agroalimentaire s’est réuni le 4 juin au Parc Astérix. Précédé de l’assemblée générale et du conseil d’administration qui a élu un nouveau bureau pour Agro-Sphères, ce temps fort a été l’occasion pour deux entreprises de dévoiler leur projet d’implantation en Picardie.

ZOOM sur ces entrepreneurs qui ont eu le « Réflexe Picardie ».

 

 

De gauche à droite : Jacques LEPOIGNEUR du Domaine des Antilles, Claudine LUCIEN nouvelle présidente d’Agro-Sphères et présidente des Ets Lucien et Grégory POURBAIX des Rillettes de l’Ermitage

 

 

 

LES RILLETTES DE L’ERMITAGE

 

Présents dans 33 pays et réalisant 80 % de son chiffre d’affaires à l’export, Les Rillettes de l’Ermitage fabriquent des rillettes artisanales depuis 1976.

 

Pour Yves Pourbaix, son créateur et son fils Grégory, la qualité des matières premières associée à un savoir-faire artisanal unique sont la recette du succès de l’entreprise. Basé sur la sélection exclusive de viande de muscle de porc, d’oie ou de canard, ses recettes mijotent suivant une cuisson lente de 12 heures pour fabriquer des rillettes haut de gamme - 100 % naturelles (toujours sans conservateurs ni sel nitrité).

 

L’entreprise est fière de proposer pendant toute l’année : les rillettes Pur Porc - les rillettes d’Oie (80%) - Les rillettes de Canard au genièvre (70%) - Les rillettes deVolaille (100%). Les rillettes sont présentées dans différents formats afin de s’adapter aux besoins de la clientèle, aux habitudes de consommation et aux coutumes des pays visés.

 

Installés dans le Nord-Pas-de-Calais depuis sa création, cette entreprise familiale de 12 personnes, cherchait depuis plusieurs années un bâtiment de plus grande capacité pour pouvoir augmenter sa production.

 

« J’ai rencontré Agro-Sphères il y a deux ans au CFIA de Rennes. Je leur ai fait part de ma recherche de bâtiment. Il y a 6 mois, l’association m’a parlé d’un ancien atelier de découpe de viande disponible à Nesle qui répondait aux critères. Après la visite, nous avons été mis en contact avec la Communauté de communes du Pays Neslois, le Conseil régional de Picardie et le Conseil départemental de la Somme qui ont très bien accueillis notre projet. Aujourd’hui les travaux devraient commencer rapidement, les recrutements sont déjà faits pour un démarrage de la production au mois de septembre prochain », explique Grégory Pourbaix.

 

 

 

LE DOMAINE DES ANTILLES

 

Le Domaine des Antilles est une entreprise créée en 2006 en Guadeloupe par Jacques Lepoigneur. L’entreprise est spécialisée dans les produits mettant en valeur les fruits locaux des Dom-Tom. C’est en 2006 que Jacques Lepoigneur, ingénieur chimiste de formation avec plus de 30 années d’expérience, se lança dans le pari fou de mettre au point des produits innovants issus de la banane. C’est ainsi que sont nés Le Moelleux, le « Vin » Sec, le Mousseux, le Vinaigre, le Spiritueux, le tout à la banane évidemment.

 

Primé « Coup de Coeur » par RIA Globes et sélectionné au SIAL Innovation 2014 parmi près de 1 800 produits, Le Domaine des Antilles parcourt les salons internationaux (Chine, Etats-Unis, France…) pour présenter ses produits surprenants.

 

« Agro-Sphères est venu me voir au SIAL 2014, je cherchais à m’implanter en France pour pouvoir augmenter la production, réduire les coûts et distribuer plus facilement dans le monde entier. Un mois plus tard, ils m’ont proposé un bâtiment à Liancourt dans l’Oise dans un ancien bâtiment de fabrication de gants chirurgicaux. Après tout est allé très vite, j’ai eu les bons contacts aussi bien administratifs, financiers, juridiques que techniques. Le démarrage des travaux est très attendu afin de pouvoir produire dès le mois de septembre. Pouvoir s’appuyer sur le réseau Agro-Sphères, pour moi qui ne suis pas en métropole, est une chance qui m’a permis d’accélérer considérablement le rythme de mon projet », conclut Jacques Lepoigneur.




» Documents disponibles au téléchargement